Vraoum

Lommsek

Blog

Gagnant du prix Révélation Blog 2009 à Angoulême, Lommsek se présente sous les traits d’un avatar rougeaud et agressif, ponctuant d’un «Shaïzeu» vengeurs ses énervements récurrents.

Derrière cette trompeuse apparence, se cache un blogueur très talentueux capable de croquer sans complaisance mais non sans tendresse ses contemporains et sa vie quotidienne, par un trait nerveux et sinueux.

Venu à la publication internet sur le tard, son blog a très vite conquis une horde d’amateur par son ton étonnant, loin des codes habituels de l’autofiction.

Qui est l’auteur de Lommsek ?
L’auteur de Lommsek, c’est moi même, Lommsek. 
Une âme virile. Un coeur pur. Un chevalier des temps modernes.

J’ai appris à dessiner à l’âge de deux ans, comme tout le monde. Et puis j’ai continué pour faire passer le temps plus vite : pendant les cours de philo, dans un mauvais restau, pendant une bonne gastro, et enfin dans le métro...

Peux-tu présenter ton blog ?
C’est un condensé de tout ce que je gribouille au stylo bic dans le métro et le RER. Tout en dessin direct sans brouillon ni possibilité de gommer. Au début c’était clairement bâclé (et j’ai honte que mes lecteurs s’aventurent dans les archives) mais c’est ça la spontanéité du blog, et maintenant je me débrouille un peu mieux. Y’en a pour tous les goûts : la série du «métro qui pue» qui raconte mes déboires ligne 13 ; la série des «BlogbédéMan» qui fait intervenir plusieurs «guest stars» tels que Lewis Trondheim, Martin Vidberg ou Pénélope Jolicoeur ; une série «fourre-tout» (en tout bien tout honneur, je vous rassure), et mon webcomic d’aventure au long cours qui s’appelle «Bringuebalés» (près de 80 pages déjà dessinées).

Comment en es-tu venu à bloguer ?
Je n’ai découvert l’univers des blogs BD que très tard, en 2007. Le côté simplicité-gratuité-immédiateté m’a beaucoup séduit. L’idéal pour publier des dessins bâclés et des histoires pas forcément bien fignolées.

Quelles sont tes sources d’inspiration ? Tes références ?
Je suis admiratif du travail de Carl Barks (l’inventeur de Scrooge McDuck, alias «Picsou»,) et de Matt Groening. Pourquoi ? Parce qu’ils ont réussi l’exploit de rendre attachant des monstres d’égoïsme et de vilainie. Et ça tombe plutôt pas mal, puisque le métro parisien est un condensé de ce qui se fait de pire dans ce registre.


En dehors des blogs, où peut-on voir ton travail ?

J’ai eu l’immense honneur de publier quelques planches dans le fanzine «l’Homme des banlieues» (HDB), puis dans un mini-album de 30 jours de BD. Les plus blasés diront qu’il n’y a pas de quoi s’électriser le slobard, mais pour un petit novice comme moi, c’est extrêmement motivant. Enfin, «Bringueballé» une série improvisée sur mon blog que j’ai depuis auto-édité.
Et puis donc mon premier album chez Vraoum, grâce à la Révélation Blog.

Peux tu nous raconter de quoi parle ton livre ?
C’est un mix de choses que j’avais déjà pré-publiés sur mon blog : «Bringuebalés» et la série du «métro qui pue»... Mais autour d’une histoire d’aventure inédite qui place Lommsek dans les méandres du métro parisien.